n

L’image contient peut-être : 1 personne, texte
Depuis 18 ans au pouvoir en Russie, Vladimir Poutine devrait être réélu sans difficulté pour un 4e mandat présidentiel. Déterminé à restaurer la grandeur de son pays, le président russe entend s’imposer aussi hors de ses propres frontières, comme un acteur incontournable de la scène internationale. Géopolitis, une émission de la Radio Télévision Suisse, dimanche 11 mars 2018.


Le film décrit avec habilité comment Vladimir Poutine, candidat pour un quatrieme mandat à la tête du Kremlin, s'applique a redonner à la Russie son rang de puissance mondiale. Quitte à relancer "une nouvelle guerre froide". Edifiant !

 

VIDEO. Regardez en avant-première le documentaire La Vengeance de Poutine

Alors que les élections russes se déroulent le 18 mars 2018, ce documentaire exceptionnel raconte, dans les coulisses, les relations de nos dirigeants avec Vladimir Poutine, de sa réélection à la présidence russe en 2012 à aujourd'hui. Six années qui ont changé la Russie et le monde.

 

 

[EXTRAIT 5] La vengeance de Poutine - 14/03

Londres-Moscou. En réponse à l'attaque d'un ex-espion russe Sergueï Skripal et de sa fille sur son sol, le Royaume-Uni a décidé d'expulser mercredi 23 des 59 diplomates russes outre-Manche avant de suspendre les contacts bilatéraux avec Moscou. Theresa May a par ailleurs annoncé un boycott de la prochaine Coupe du monde de football en Russie cet été par les membres du gouvernement et de la famille royale britannique.

 Ex-espion: «La Russie est responsable» (Washington)

La Russie "est responsable" de l'empoisonnement d'un ex-espion au Royaume-Uni, a affirmé ce mercredi l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, lors d'une réunion du Conseil de sécurité convoquée en urgence par Londres.

"Nous pensons que la Russie est responsable", a dit Nikki Haley, en affirmant qu'il ne s'agissait "pas d'un incident isolé". "Les Etats-Unis sont absolument solidaires du Royaume-Uni", a ajouté la diplomate américaine.

Dans la capitale russe, la perplexité demeure après l'attaque de Salisbury, y compris parmi les analystes indépendants, réduits aux spéculations.

Moscou, indignée, dénonce une «ingérence» de Kiev dans la présidentielle russe

Diplomatie.

La Russie a dénoncé vendredi une «ingérence» de Kiev dans ses affaires intérieures, après la décision des autorités ukrainiennes d'interdire aux électeurs russes l'accès aux consulats de leur pays pour voter dimanche lors du scrutin présidentiel.

Cette décision «ne peut provoquer rien d'autre que l'indignation», a déclaré la diplomatie russe dans un communiqué. «Une ingérence ouverte dans les affaires intérieures de la Fédération de Russie est évidente», souligne le communiqué.

Moscou s'est abstenu de répondre du tac au tac aux «provocations grossières et sans précédent» du gouvernement britannique, selon les termes d'un communiqué du ministère des Affaires étrangères trois heures après l'annonce faite par Theresa May de l'expulsion de 23 diplomates russes. Reprochant à Londres d'avoir «fait le choix de la confrontation», la diplomatie russe a promis des mesures de représailles dont la teneur, mercredi soir, restait inconnue. La présidente du Conseil de la Fédération, Valentina Matvienko, a évoqué pour sa part l'adoption de sanctions «sévères 

Sept decennie en trois heures de Lennine a Poutine rn passant par Gorby. Malgrès cette ampleur, un doc qui pose les bonne question.

Le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé samedi l'expulsion imminente de 23 diplomates britanniques en réponse à une mesure similaire annoncée par Londres après l'empoisonnement en Grande-Bretagne d'un ancien espion russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia.

» LIRE AUSSI - «Face à la Russie, il est normal que l'Europe soit solidaire de Londres»

Le gouvernement britannique accuse la Russie d'être derrière l'empoisonnement de l'ancien agent russe et de sa fille, retrouvés inconscients début mars à Salisbury.

Dans le même temps, nous avons appris que la Russie mettait fin aux activités du British Council et que Moscou retire l'autorisation au Royaume-Uni d'ouvrir un consulat général à Saint-Pétersbourg.

» LIRE AUSSI - Après la mort suspecte d'un autre opposant russe, la police britannique rouvre de vieux dossiers

Russia expels 23 UK diplomats in retaliatory move in spy row

Russia hits back with tit-for-tat expulsion after UK dismisses Russian diplomats over poisoning of Russian former spy.

Headlines and Hyperbole: Covering the Sergei Skripal story - The Listening Post (Full)

 

 

 

WATCH

25:40

 

Headlines and hyperbole: Covering the Sergei Skripal story

Moscou se réserve le droit de prendre d'autres sanctions contre la Grande-Bretagne dans l'éventualité où Londres prendrait d'autres mesures hostiles, ajoute le ministère. La Russie dément toute implication dans cette affaire.

Londres a provoqué vendredi la colère de la Russie en jugeant "extrêmement probable" que le président Vladimir Poutine ait personnellement "ordonné" l'empoisonnement de l'ex-espion. Le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson a assuré que Londres en voulait au "Kremlin de Poutine" et non à la Russie.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, avait réagi. Dans cette affaire, "toute mention ou référence à notre président n'est rien d'autre que choquant et impardonnable", a-t-il dit.

» LIRE AUSSI - Qu'est-ce que le Novichok, ce produit chimique utilisé contre l'ex-espion russe 

Russia expels 23 UK diplomats in retaliatory move in spy row

Les États-Unis accusent la Russie de chercher à saboter leurs infrastructures vitales via des cyberattaques

Alors que ses relations avec la Russie se sont dégradée à cause de l’annexion de la Crimée et la situation dans le Donbass, où des séparatistes pro-russes affrontent ses forces armées, l’Ukraine est souvent la cible de cyberattaques contre ses opérateurs d’importance vitale. »

« Les cyberattaques subies par l’Ukraine témoignent de l’étendue des dommages que peuvent causer les attaques informatiques. Tout y a déjà été testé. L’électricité a été coupée, les systèmes de transport ont été paralysés », a expliqué Guillaume Poupard, le directeur de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), lors de sa dernière audition à l’Assemblée nationale. « Les attaques sont régulières et ‘éclaboussent’ parfois d’autres victimes », a-t-il aussi relevé, en citant le cas de Saint-Gobain.

Le groupe français « qui avait un bout de réseau en Ukraine, a été bloquée pendant quinze jours », a rappelé M. Poupard. « Cela a eu un impact de 240 millions d’euros sur le chiffre d’affaires et de 80 millions sur le résultat net. C’est là l’effet d’une attaque ayant paralysé quinze jours l’activité d’un opérateur qui n’est même pas d’importance vitale et n’a pas vocation à le devenir », a-t-il alerté.

D’après le DHS, cette opération de piratage est une « campagne d’intrusion multi-étapes menée par des cyber-acteurs du gouvernement russe qui ciblent les réseaux de petites entreprises commerciales » pour ensuite s’attaquer à d’autres systèmes de contrôle industriels plus importants.

Cela étant, ce n’est pas la première fois que des pirates informatiques russes sont accusés de s’intéresser aux infrastructures critiques américaines. En 2009, le Wall Street Journal, citant des responsables du DHS anonymes, révéla effet que « les Chinois et les Russes avaient tenté de cartographier […] le réseau électrique » des États-Unis et installé des logiciels malveillants. « Si nous sommes en guerre contre eux, ils pourraient les activer », avait prévenu un cadre du renseignement dans les colonnes du quotidien.

Le conseiller à la sécurité nationale de Trump pourrait rejoindre la longue liste des départs

Donald Trump aurait pris la décision de limoger le général H.R. McMaster de ce poste stratégique, selon le Washington Post. Le quotidien américain précise que d'autres membres de l'administration américaine pourraient connaître le même sort, le Président ayant lui-même déclaré qu'il aimait le «changement» et le «conflit».

Le remplaçant du Général Michael T. Flynn, mis en cause dans l'affaire de l'ingérence russe, pourrait être remplacé à son tour. Le président américain a pris la décision de limoger son conseiller à la sécurité nationale, H.R. McMaster, a affirmé jeudi soir le Washington Post, ajoutant que le président américain prévoit de se débarrasser d'autres hauts responsables après le renvoi spectaculaire de son secrétaire d'État, Rex Tillerson.

 

 

La vengeance de Poutine - YouTube

Guerre de l'info : au coeur de la machine russe | ARTE

Fake news, attaques informatiques, Trolls sur les réseaux sociaux...., depuis la campagne pr'ésidentielle américaine, la Russie est accusée de destabiliser les démocraties occidentales. Guerre de l'info : au coeur de la machine russe - ARTE - YouTubeGuerre de l'info : au coeur de la machine russe - ARTE - YouTubeGuerre de l'info : au coeur de la machine russe | ARTE

Conflit en Ukraine: Le Drian accuse la Russie

Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a accusé aujourd'hui la Russie d'être directement impliquée dans le conflit armé dans l'est de l'Ukraine, la qualifiant de "pays agresseur" et l'exhortant à y assurer un cessez-le-feu. En visite à Kiev, M. Le Drian a indiqué avoir discuté avec les autorités ukrainiennes du "conflit avec la Russie", sans faire mention des séparatistes prorusses qui contrôlent des parties du territoire dans l'est du pays.

"Sur ce point, je vais être très clair. Dans cette crise, il y a pour nous un pays agresseur et un pays agressé et il n'y a pas d'ambiguïté", a affirmé le chef de la diplomatie française aux côtés de son homologue ukrainien Pavlo Klimkine. Ces propos d'une fermeté inhabituelle s'inscrivent dans un contexte de rapports très tendus entre Paris et Moscou au vu des multiples contentieux parmi lesquels le conflit en Syrie et l'empoisonnement d'un ex-agent double russe en Angleterre.

» LIRE AUSSI : Ukraine: coup de chaud sur un conflit gelé

Pour les autorités ukrainiennes, il s'agit de mettre en oeuvre des mesures pour donner davantage d'autonomie aux territoires séparatistes afin de permettre leur retour dans le giron de Kiev, conformément aux accords de paix de Minsk signés en février 2015.

Le conflit armé opposant l'armée ukrainienne à des séparatistes prorusses dans l'est du pays a fait plus de 10.000 morts depuis son déclenchement en 2014. Kiev et l'Occident accusent la Russie de soutenir militairement les rebelles, ce que Moscou dément farouchement malgré de nombreuses publications de médias sur la présence de ses troupes en Ukraine. Les accords de paix de Minsk ont permis l'instauration de multiples cessez-le-feu qui ont abouti à une réduction des violences malgré des accrochages sporadiques. Le volet politique des accords est, lui, resté lettre morte, les belligérants se rejetant la responsabilité de cet échec.

 

 

 

Poutine, jusqu’où ira-t-il ?

 

 

Poutine : seul contre tous ? #cdanslair 16.03.2018

 

[DOC ARTE] De l'URSS à la Russie : chronique d'une hégémonie Documentaire signé Matthias Schmidt, et Sebastian Dehnhardt Partie 1 : De la naissance à la chute 0:00:00 Partie 2 : La renaissance russe ? 1:29:40

[DOC ARTE] De l'URSS à la Russie : chronique d'une hégémonie ... : De l'URSS à la Russie - Chronique d'une hégémonie (22) La r on Vimeo▶ REPLAY :  Histoire De la naissance à la chute Dimanche 18 mars - 15h45 ▶ REPLAY  Histoire La renaissance russe ? Dimanche 18 mars - 17h20

 Tags:Skripal poisoningRussiaUnited KingdomEurope

NEWS /RUSSIA Putin 'highly likely' behind nerve-agent attack: Boris Johnson Moscow calls claims 'shocking and inexcusable' as crisis over attempted murder of ex-double agent in Salisbury deepens.

Crimea votes for first time in Russian elections
02:23

Histoire

De l'URSS à la Russie : chronique d'une hégémonie

Genre : Histoire

2 émissions

Origine : allemand

Realisateur : Matthias SchmidtSebastian DehnhardtMaarten van der Duin

Année : 2015 

Le mystère POUTINE - Indigné Révolté