n

 

 
L’image contient peut-être : 2 personnes, texte
 

n

« La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. »

– ALDOUS HUXLEY

Le fascisme, c'est la gangrène, on l'élimine ou on en crève ! 

En France : Multiplication des «manifestations d'affirmation identitaire» : les propositions du rapport Clavreul au gouvernement

Laïcité.

«Laïcité, valeurs de la République et exigences minimales de la vie en société»: le rapport, signé Gilles Clavreuil, ex Monsieur laïcité et proche de Manuel Valls, a été commandé par le ministère de l'Intérieur. Comme le rappelle le Figaro, qui a publié le document, l'homme est connu pour ses positions tranchées sur le sujet. Il est d'ailleurs l'un des fondateurs du Printemps républicain.

Son diagnostic, élaboré à partir de déplacement dans «les Bouches-du-Rhône, l'Ille-et-Vilaine, la Loire-Atlantique, le Nord, le Bas-Rhin, le Rhône, les Yvelines, et un département rural, la Meuse, au contact des acteurs associatifs et des agents de l'Etat», fait état d'une multiplication des «manifestations d'affirmation identitaire», majoritairement le fait d'un «islam rigoriste voire radical» mais aussi des mouvements de«catholiques intégristes», et «évangéliques et juifs orthodoxes».

Le document préconise plusieurs mesures, dont le conditionnement du soutien de l'Etat au respect et à la promotion de la laïcité. Soutien qui pourrait passer par la signature d'une charte. Est également suggéré la formation de tous les agents de l'Etat à la laïcité d'ici 2020 et une cartographie«au niveau national, des diagnostics fiabilisés des incidents relatifs à la laïcité, à la contestation des valeurs républicaines, et au non-respect des exigences minimales de la vie en société».

L'impossibilité de définir précisément le terrorisme

 Si le terrorisme est défini comme une violence idéologique,devrait-on considérer comme terroriste celui qui attaque la religion, la politique ou la couleur de peau?», s'interroge le New York Times. De plus, qu'en est-il des massacres dont la raison idéologique n'est pas évidente, tels ceux commis dans un cinéma du Colorado ou dans une école élémentaire du Connecticut en 2012? Le critère utilisé par New America et par les autres organismes d'études exclut ces attaques, qui ont coûté plus de vies que celles clairement liées à l'idéologie. Certains meurtres commis par des non-musulmans et que plusieurs experts aimeraient qualifier de terrorisme, ont seulement connu une couverture médiatique éphémère

S'il y a une leçon que nous avons apparemment oublié ces vingt dernières années après Oklahoma City, c'est que les violences extrémistes viennent de partout», souligne John Horgan, chercheur à l'Université de Columbia. Il affirme également que «le plus souvent, l'attaque vient de là où on ne l'attend pas».

Aux États-Unis, les extrémistes blancs tuent plus que les djihadistes

Concernant  la fusillade qui a ensanglanté Munich vendredi soir a Munich,  la piste d'un acte classique d'un forcené comme l'on peut en voir ( trop) souvent aux Etats unis. Le fait qu'après coût les médias allemand est révélé qu'il était germano iranien et qu'il est agit seul ( au lieu de trois tireurs) a été pris en compte. Les chiites comme les iraniens  sont des ennemis héréditaires des sunnites comme Daesh.

Interrogé le 19 Jun 2017  sur la BBC, le maire de Londres déclare que "le terrorisme est le terrorisme, qu'il soit inspiré par l'islam ou pas".

 Vision trop courte pour l’antiterrorisme

Christophe Dubois et Eric Pelletier, tous deux journalistes, ont enquêté pendant un an et demi auprès des agents, cadres de haut rang ou opérationnels sur le terrain.Jacques Follorou

 Le temps est venu de dresser l’inventaire des failles qui ont conduit aux attaques terroristes sur le sol français. Auteurs de Où sont passés nos espions ?,Christophe ­Dubois et Eric Pelletier, tous deux journalistes, savent raconter les histoires, comme celles des allées et venues à travers l’Europe des auteurs de l’attaque du 13 novembre 2015 à Paris. Le propos est clair et pédagogique. Il donne une vue d’ensemble, surtout de l’organisation des services de l’Etat.
 
Dans « Une ligne dans le sable », l’historien James Barr revient sur les rivalités franco-britanniques au début du XXe siècle.

A lire : Vision trop courte pour l’antiterrorismeAux origines du chaos proche-oriental 

Allemagne: contre la politique migratoire, il poignarde 3 réfugiés

Un homme de 70 ans qui voulait protester contre la politique migratoire allemande a été incarcéré après une attaque au couteau contre trois demandeurs d'asile dans le sud de l'Allemagne, a annoncé aujourd'hui le parquet. Le septuagénaire, un germano-russe jusque-là inconnu de la police, 

» LIRE AUSSI : Immigration : la fin de la «bienvenue» en Allemagne

Les attaques contre les réfugiés ou les foyers de demandeurs d'asile se sont multipliées en Allemagne dans le sillage de l'arrivée de centaines de milliers de demandeurs d'asile. L'Allemagne a ainsi enregistré en 2016 quelque 3.500 attaques contre des réfugiés et demandeurs d'asile, soit près de dix actes de ce type par jour. 560 personnes ont été blessées dont 43 enfants, selon le ministère de l'Intérieur.


 En Italie, les extrêmes s’affrontent dans la rue

Depuis l’attaque de Macerata contre des migrants africains, les affrontements entre militants néofascistes et antifascistes se sont multipliés.LE MONDE | 27.02.2018 | Par 

Le ministère de l’intérieur italien craignait le pire, samedi 24 février, alors qu’une centaine de manifestations étaient organisées dans tout le pays, à une semaine des législatives. Finalement, la journée s’est déroulée sans incident majeur.

Le plus notable s’est déroulé à Milan, en marge d’un rassemblement organisé par le parti d’extrême droite CasaPound, lors duquel son chef de file pour les législatives du 4 mars, Simone Di Stefano, a pu tranquillement revendiquer sa filiation avec le régime fasciste et même la République sociale italienne de Salo (1943-1945), quand un groupe de militants antifascistes issus des centres sociaux de la ville a voulu forcer un cordon de policiers pour en découdre, sans succès.

« Un climat rappelant les années 1970 »

Depuis l’attaque de Macerata, samedi 3 février, dans laquelle un militant de la Ligue du Nord a ouvert le feu sur des migrants africains, blessant six d’entre eux, les affrontements impliquant des militants des groupes néofascistes CasaPound et Forza Nuova et des groupes antifascistes se sont multipliés.

A Naples et Turin, des heurts entre militants d’extrême gauche et policiers ont fait plusieurs blessés, tandis que les démonstrations de force des groupes d’extrême droite se répètent, nourrissant la peur, dans les prochains jours, de violences d’une autre échelle. « C’est un climat rappelant les années 1970, a affirmé le ministre italien des finances, Pier Carlo Padoan, dans un entretien à La Stampa. Les partis politiques sous-évaluent la gravité des violences urbaines. »

 Lire aussi :   En Italie, trois campagnes et un scrutin

Au Royaume Uni : GB: 4 attaques terroristes d'extrême droite déjouées en 2017

Quatre attaques terroristes d'extrême droite ont été déjoués l'an dernier au Royaume-Uni, a révélé le chef du contre-terrorisme britannique. Mark Rowley, commissaire adjoint à Scotland Yard, a qualifié la menace terroriste d'extrême droite d'"organisée" et "significative", dans un discours prononcé hier soir devant un groupe de réflexion.

Les autorités s'inquiètent de la menace terroriste d'extrême droite en particulier depuis l'assassinat de la députée travailliste Jo Cox en juin 2016 et de l'attaque à proximité de la mosquée de Finsbury Park à Londres un an plus tard. La façon dont le terrorisme d'extrême droite et le terrorisme islamiste grandissent et se nourrissent l'un l'autre est "particulièrement préoccupant", a souligné M. Rowley.

» LIRE AUSSI: L'État islamique revendique l'attentat dans le métro de Londres

En plus des cinq attentats qui ont frappé le Royaume-Uni l'an dernier, la police a déjoué dix complots de nature islamiste depuis l'attaque de Westminster en mars 2017, et quatre autres complots inspirés par l'extrême droite, a dévoilé M. Rowley, sans donner plus de détails. Selon lui, il est important de rendre publics ces chiffres afin d' "illustrer la croissance du terrorisme de droite". La menace terroriste globale est "considérable", avec plus de 600 enquêtes terroristes en cours concernant 3 000 personnes, a déclaré M. Rowley.

Selon le chef du contre-terrorisme, les parents extrémistes devraient se voir retirer la garde de leurs enfants, comme pour les parents pédophiles, estimant que dans les deux cas les enfants sont exposés à des "environnements pervers".  La députée Jo Cox avait été assassinée peu avant le référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'UE, par un sympathisant néo-nazi qui avait crié à plusieurs reprises "Britain first" (le Royaume-Uni d'abord).

» LIRE AUSSI: Le meurtrier de la députée Jo Cox condamné à la prison à vie

L'auteur de l'attaque de Finsbury Park, Darren Osborne, un père de quatre enfants, était devenu obsédé par les musulmans et s'était radicalisé dans les semaines précédant l'attaque. Selon Mark Rowley, l'opinion publique devrait être "gravement préoccupée" par le groupe "National Action", premier groupe d'extrême droite à être interdit en raison des lois antiterroristes, qu'il a décrit comme une "organisation terroriste néo-nazie et suprématiste blanche".

 

Au Etats Unis : États-Unis : les actes antisémites en hausse de 60% en 2017

Les États-Unis ont enregistré en 2017 quelque 1986 incidents antisémites - harcèlement, vandalisme, agressions - un chiffre en hausse de 57% par rapport à 2016 et représentant la plus forte augmentation enregistrée depuis les années 1970, selon un rapport publié ce mardi.Les enceintes scolaires sont particulièrement visées : 

Pour la première fois depuis 2010, des actes antisémites ont été signalés - et vérifiés par l'équipe d'ADL - dans les 50 États américains. Selon l'ADL, les États les plus touchés ont été ceux de New York, de Californie, du New Jersey, du Massachusetts, de Floride, et de Pennsylvanie, où résident d'importantes communautés juives.

les incidents antisémites de l'année.

L'administration de Donald Trump a été accusée à plusieurs reprises de ne pas avoir suffisamment condamné l'action des groupes nationalistes blancs et le fanatisme religieux. Des groupes juifs ont notamment vivement dénoncé un discours du président américain sur l'Holocauste dans lequel ce dernier n'a, à aucun moment, mentionné les Juifs ou l'antisémitisme.

» LIRE AUSSI - Charlottesville: les suprémacistes blancs sèment l'effroi

A lire aussi : États-Unis : les actes antisémites en hausse de 60% en 2017

 

What's triggering hate crimes in the US? - Inside Story - YouTube

Qu'est-ce qu'un terroriste ? - citoyenactif

 YouTube removes US neo-Nazi group Atomwaffen Division's channel

The neo-Nazi group has been linked to at least five murders, including the fatal stabbing of a gay Jewish student. YouTube has deleted the account of Atomwaffen Division, an American neo-Nazi group that was thrust into the spotlight after several media reports linked it to a spate of murders.

"This is a group whose stated purpose is to work toward civilisational collapse. They are seeking to destabilise and work toward the collapse of modern society."

KEEGAN HANKES, ANALYST AT THE SOUTHERN POVERTY LAW CENTER'S INTELLIGENCE PROJECT

READ MORE

Killed by hate: Victims of America's far-right violence

Divisions in US far right

Atomwaffen Division has sparked controversy and division among neo-Nazi and white supremacist groups in the US.The Daily Stormer, a neo-Nazi website headed by Andrew Anglin, has mocked and criticised Atomwaffen Division.On Gab, a social media outlet popular with neo-Nazis and white supremacists owing to its lack of hate speech regulations, Anglin has described Atomwaffen Division as a "terrorist organisation".Anglin also accuses the media of unfairly describing Atomwaffen Division as a neo-Nazi group.The Daily Stormer is linked to the alt-right, a loosely knit coalition of white supremacist, white nationalist and neo-Nazi groups that advocate a white ethnostate in North America.According to the SPLC, the alt-right has been linked to 100 killings and injuries since 2014.

"Any time one group is involved in something that brings federal scrutiny, all the other groups worry," Hankes explained."Most of these groups are not only aware of each other, but they're hanging out in the same online spaces."

READ MORE

What is the alt-right and what does it stand for?

THE FAR RIGHT The brutality of Greece's racist lynch mobs

With anti-migrant violence hitting a fever pitch, victims ask why Greek authorities have carried out so few arrests.

Hankes added: "People start worrying once you've got an investigation going on. They're all concerned about their own skin."

De Yannis Youlountas
Selon Elefteria, une fois de plus, "les fascistes cherchaient à tuer". Et ils ont promis de recommencer et d'aller jusqu'au bout. Pendant ce temps, le procès de l'auteur et des commanditaires de l'assassinat du rappeur antifasciste Pavlos Fyssas n'en finit pas.

Pourquoi ? Parce que la police grecque a manifestement joué un rôle obscur dans cette affaire. Plusieurs policiers étaient présents sur les lieux avant même l'assassinat de Pavlos et discutaient avec celui qui allait le poignarder, comme l'ont confirmé plusieurs témoignages :
https://www.youtube.com/watch?v=MlvB-y_QHBA
(voir surtout de 0:30 à 0:55)

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Selon Elefteria, une fois de plus, "les fascistes cherchaient à tuer". Et ils ont promis de recommencer et d'aller jusqu'au bout. Pendant ce temps, le procès de l'auteur et des commanditaires de l'assassinat du rappeur antifasciste Pavlos Fyssas n'en finit pas.

Pourquoi ? Parce que la police grecque a manifestement joué un rôle obscur dans cette affaire. Plusieurs policiers étaient présents sur les lieux avant même l'assassinat de Pavlos et discutaient avec celui qui allait le poignarder, comme l'ont confirmé plusieurs témoignages :
https://www.youtube.com/watch?v=MlvB-y_QHBA 
(voir surtout de 0:30 à 0:55) la publication de Yannis Youlountas.

Goritsa, Greece - Scrawled in spray paint on a deserted building at the entrance to Goritsa, a Greek farming village on the outskirts of Aspropyrgos, is a large black X crossing out "Anti-Fascist Zone".

On a deserted factory in Goritsa is pro-Golden Dawn graffiti [Nick Paleologos/SOOC/Al Jazeera]

Mahmoud recognised the men from the town square, and he was suspicious of their intentions. During his two years in Gortisa's fields, he had witnessed several far-right vigilante attacks.

Crescendo of violence

In October, after Mahmoud and Hussein were beaten in Goritsa, the Golden Dawn, which has 16 seats in the Hellenic Parliament, decried accusations of its involvement as "slanderous attacks" on the party.

 Anti-migrant violence is not new in Greece, where squads of Golden Dawn members and other far-right vigilantes brought a spate of brutal attacks to a fever pitch in 2012, the same year the far-right outfit surged in the elections and first landed its legislators in the parliament.The Racist Violence Recording Network documented 154 attacks that year. Of that total, all but three targeted refugees and migrants.The following year, the violence peaked at 166 attacks - 144 of which targeted refugees and migrants - that racked up a tally of at least 320 victims. Almost half of the total number of those attacked were shot.

In general, we do not think we are back in a situation like 2013, but what we also have is this feeling that we are right before the big wave of violence by Golden Dawn.

TINA STAVRINAKI, COMMUNICATIONS OFFICER AT THE RACIST VIOLENCE RECORDING NETWORK

In 2015, 75 incidents involved assaults on refugees and migrants were documented. In 2016, a comparably low number, 31 incidents, involved attacks on refugees and migrants. 

'Remake the violence of the past'

Sitting in a smoke-filled Afghan cafe in Exarchia, an Athens neighbourhood where many anarchists and leftists are based, Mahdi describes the incident, which left him with impaired hearing and chronic dizziness. 

"Of course, fascists and racists are a threat to both Greeks and migrants. But it's like the police don't care because it's just another report they have to file and that's it."

MAHDI, 17-YEAR-OLD AFGHAN REFUGEE

Mahdi's beating came just two weeks after a group calling itself Crypteia, a reference to an ancient band of Spartans who committed atrocities against slaves,assaulted the home of an 11-year-old Afghan boy in Athens.

 

La Canaille: "Jamais Nationale"


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/europe/article/2018/02/27/en-italie-les-extremes-s-affrontent-dans-la-rue_5263095_3214.html#O4qrU5VxoWPsroOi.99

La rédaction vous conseille