n

Infrarouge

68

1968 est une année de rupture dans le XXe siècle. Des soulèvements de la jeunesse touchent l'Europe occidentale et l'Amérique du Nord. La révolte touche également le bloc communiste en Tchécoslovaquie avec le Printemps de Prague. Des rébellions armées et des guérillas, sous la houlette de Cuba, frappent l'Amérique latine. La guerre du Viêtnam attise la tension Est-Ouest, dévoile la déchirure Nord-Sud et alimente la fièvre tiers-mondiste dans la jeunesse des pays développés. Partout, en cette année 68, la contestation de l'ordre mondial et des pouvoirs en place atteint des sommets. A travers des images d'archives, Patrick Rotman montre la cohérence et le sens de cette révolte planétaire. 

 

 

Mai68: La contestation | Archive INA

Documentaire de Patrick Rotman (France, 2007). 90 mn. Inédit.
Le film de cette année folle commence dans l'herbe « peace and love » au festival pop de Monterey (Californie) en juin 1967. Et finit par des morts tragiques comme autant d'espoirs refermés ou d'illusions perdues : Martin Luther King (assassiné le 4 avril 1968), Bob Kennedy (le 5 juin 1968), Jan Palach, le jeune étudiant pragois qui s'immole le 19 janvier 1969, Che Guevara enfin, tué dès le 9 octobre 1967 mais dont la dépouille christique habite la fin du documentaire comme l'échec meurtrier des engagements extrêmes. 1968, dont on ne retient souvent que la joie libératrice des chahuts beatnik, fut aussi une année macabre. A part cette vision, sombre, il ne faut pas attendre ici de Patrick Rotman qu'il nous dé­livre analyses et explications.
Le propos de 68 est simple : construire, à partir des archives, la fresque haute en couleur de cette année lyrique et violente partout dans le monde, un moment unique dans l'histoire où les révoltes se sont conjuguées, avec, au centre, la guerre du Vietnam. Dans ce contexte, la spécificité du 68 français, à la fois mouvement étudiant, social et ouvrier, et crise politique, semble s'enliser un peu dans les détails. Mais le grand intérêt de 68 provient des images, pour la plupart en couleurs et issues des fonds américains. Montées dans la pulsation du rock, elles prennent souvent la force de documents inédits. Insolites comme ce concert de Rachel Welsh en minijupe devant des milliers de GI au Vietnam, pathétiques comme le visage défait de Dubcek face aux caciques soviétiques venus à Bratislava refermer le printemps tchèque, terribles comme la répression sanglante des émeutes des étudiants à Mexico...

 

 

Mai 68 Une Crise Planétaire 1sur5

Mai 68, les coulisses de la révolte

25 avril 2018 68