18 janvier 2018

Trump ou la diplomatie pyromane |

Merci a Xavier Delucq

 
Aucun texte alternatif disponible.
 

La guerre des boutons   la publication de Xavier Delucq.


 
The Dead Zone - Official Trailer : The Dead Zone pt 1 https://www.youtube.com/watch?v=Urkbs9mylg0 :  the best adaptation of a King novel ever! Donald Trump IS Greg Stillson! Scary


 

 The Dead Zone (1983 Comment ne pas voir en Greg Stillonun TrUMP ? Greg Stillson, candidat à la Maison-Blanche, est un fou criminel, grand admirateur de Hitler et d'autres maniaques de l'extermination. Quand il sera élu, ce sera l'Apocalypse. Un seul homme le sait : John Smith, car il est doué d'un étrange pouvoir qui lui attire pas mal d'ennuis, il devine l'avenir. Il n'y a rien de réjouissant à cela. Il peut prévoir les accidents, les catastrophes, les hécatombes. On ne le croit pas, ou alors on le croit trop.
John Smith n'a encore rien dit de ses prémonitions. Pourtant, le candidat à la présidence des États-Unis est un dément. Que fera John Smith pour son pays ? Lire aussi :   Comment Donald Trump pourrait gagner
 

La politique étrangère de Donald Trump, en un mot ? Imprévisible. Le président des États-Unis a annoncé que son pays reconnaît Jérusalem comme capitale officielle d’Israël. Un choix qui pourrait déclencher un grand bouleversement dans tout le Moyen-Orient. Mais en matière de surprises géopolitiques, Trump n’en est pas à son coup d’essai : avec l’Iran, la Corée du Nord ou encore le Mexique, il a déjà sérieusement ébranlé les relations diplomatiques. Retour sur ses derniers hauts faits. 

Ne pas juger Donald Trump sur les apparences

Editorial. « Affaire russe », climat, commerce international, conflit israélo-palestinien, accord nucléaire iranien… Après un an de mandat, ces dossiers imposent de prendre en compte le président américain pour ce qu’il fait autant que pour ce qu’il est.

Editorial du « Monde ». Donald Trump ne pouvait imaginer pire anniversaire. Un an après son arrivée à la Maison Blanche, ce n’est pas dans sa luxueuse propriété de Mar-a-Lago, en Floride, qu’il a célébré l’événement, comme il l’avait prévu, mais du bureau Ovale, pour tenter de trouver une solution à la paralysie de l’administration américaine. En effet, faute de compromis sur le budget entre républicains et démocrates au Congrès, l’Etat se retrouve, samedi 20 janvier, à court d’argent, obligeant la première puissance mondiale à fonctionner au ralenti.

Lire aussi :   Aux Etat-Unis, la première année de Donald Trump s’achève sur un « shutdown »


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/01/20/ne-pas-juger-donald-trump-sur-les-apparences_5244527_3232.html#x3zjkqSxRVhfQWPx.99
Herrmann, Suisse.Après Johnny, Trump se charge d’allumer le feu

De Johnny Hallyday, mort le 6 décembre, il restera une foule de chansons bien connues du public francophone, au nombre desquelles le célèbre Allumer le feu. En fait d’embrasement, le dessinateur suisse Herrmann observe que le président américain Donald Trump s’est chargé, le jour même, de souffler sur les braises du Moyen-Orient, en reconnaissant Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël.

Iran: Macron veut préserver les relations pour éviter la guerre

Le président français Emmanuel Macron a plaidé mercredi pour la poursuite d'un "dialogue permanent" avec l'Iran, estimant que ceux qui dénoncent l'accord sur le nucléaire, Etats-Unis, Israël, Arabie Saoudite, portaient "un discours qui va nous conduire à la guerre en Iran". Toujours décidé à se rendre à Téhéran, malgré l'annulation de la visite préparatoire que devait effectuer vendredi son ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, le chef de l'Etat a expliqué, en marge des voeux à la presse, qu'il fallait "accroître la pression internationale sur l'Iran" mais pas "rompre les discussions".

Loin d'être théorisée, la politique internationale du président américain se nourrit essentiellement de quelques ­instincts : la primauté du rapport de force, l'idée qu'il faut s'occuper des siens avant de s'occuper des autres, la réintroduction d'un élément transactionnel fort dans le jeu des alliances.

Il y a un an, Donald Trump envoyait une perturbation majeure à travers tout le système politique américain, en se faisant élire président des États-Unis. Un an plus tard, c'est le monde entier qui semble tanguer sur son socle, alors que le cyclone new-yorkais aux cheveux blond orangé a pris possession du Bureau ovale. Déroutés par ses tweets ébouriffants et ses manières non diplomates, alliés et adversaires s'interrogent sur le rôle qu'entend jouer le président de la première puissance du monde, au-delà de son slogan de «l'Amérique d'abord».

Sa position musclée sur la Corée du Nord, sa propension à durcir le ton sur le commerce, ses échanges d'amabilités avec ses alliés de l'Otan sur le partage du fardeau militaire, son appui au nouveau maître de l'Arabie saoudite et son annonce du déménagement planifié de l'ambassade américaine à Jérusalem ont été décrits par beaucoup comme autant de gestes dangereux, et comme le signe de son refus de jouer le rôle de «puissance indispensable» 

 Par déclarations interposées, les deux chefs d'États évoquent tour à tour le «bouton nucléaire». Une image qui représente en réalité une procédure beaucoup plus complexe.

L'année 2018 a débuté avec une guerre des boutons entre Kim Jong-un et Donald Trump. Pour ses vœux du Nouvel An, le leader nord-coréen a assuré qu'il y avait «toujours un bouton nucléaire» sur son bureau. «C'est la réalité, pas une menace», a-t-il affirmé. Son homologue américain n'a pas tardé à lui répondre, mercredi: «J'ai moi aussi un bouton nucléaire et il est bien plus gros et bien plus puissant que le sien.» En précisant: «Et il fonctionne!» À quoi ressemble ce bouton nucléaire? À quoi sert-il et, surtout, existe-t-il vraiment? Éclairage avec Bruno Tertrais, directeur adjoint de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS).

Pyongyang a assuré être préparé à ce scénario. Dans l'autre camp, la Corée du Sud et les Etats-Unis, dans le cadre d'une coopération militaire, ont lancé de vastes exercices militaires aériens. De quoi se préparer moins d'une semaine après un nouvel essai de missile de la Corée du Nord.

"La seule question qui reste à présent est de savoir quand cette guerre éclatera", a ajouté un porte-parole du ministère dans une déclaration reprise par l'agence officielle de presse nord-coréenne KCNA.

 

 

Trump : la diplomatie dérangée - Déshabillons-les (10/06 ... - YouTube

La stratégie pakistanaise de Trump est-elle vouée à l'échec ?

REPORTAGE - Pour pousser les insurgés afghans à négocier, Trump accentue la pression sur le Pakistan espérant ainsi stopper son soutien aux talibans.

Rarement une relation entre deux États aura été aussi passionnelle. Le 1er janvier, sur Twitter, Donald Trump accuse le Pakistan d'«abriter les terroristes que nous pourchassons en Afghanistan». «Les États-Unis ont bêtement donné plus de 33 milliards de dollars au Pakistan depuis quinze ans. En retour, nous n'avons récolté que mensonges et tromperies», peste le président américain.

Le 4 janvier, le département d'État annonce la suspension de l'aide militaire jusqu'à ce qu'Islamabad cesse son appui aux talibans afghans et au réseau insurgé de Sirajuddin Haqqani.

«La nation se sent trahie», réagit aussitôt le chef de l'armée pakistanaise, le général Bajwa, le 12 janvier. Ce sentiment répandu chez les militaires et dans la haute administration démontre que la sortie de Donald Trump échouera à persuader Islamabad de changer sa stratégie afghane.

Les tensions en Asie - Pacifique

 La possibilité d'une guerre "augmente chaque jour"

La Corée du Sud et les Etats-Unis ont lancé lundi de vastes exercices militaires aériens, les plus importants de leur coopération militaire à ce jour, et ce moins d'une semaine après un nouvel essai de missile de la Corée du Nord qui a ravivé les tensions dans la région.

Mallette présidentielle

Dans l'imaginaire collectif, le bouton nucléaire a une représentation très précise. Il est rouge, rond, imposant, et peut, à la moindre pression, faire exploser une bombe atomique dévastatrice. La réalité est beaucoup plus complexe. «Il n'y a pas de bouton nucléaire. Dans aucun pays disposant d'arme nucléaire l'engagement des forces ne se fait sous la forme d'un bouton que l'on presse. Les seuls dispositifs s'en approchant peuvent être des clés qui sont tournées par les officiers qui déclenchent les tirs de missiles au sol ou à bord d'un sous-marin», raconte Bruno Tertrais, auteur de La Revanche de l'histoire: comment le passé change le monde (Éditions Odile Jacob, 2017).

«Aux États-Unis comme en France, le système est fait pour que le président puisse engager lui-même, sans contre-pouvoir, les forces nucléaires»

Bruno Tertrais,

 

Le général Jean Thiry appuie sur le bouton qui déclenche un essai nucléaire français, le 27 décembre 1960.Le général Jean Thiry appuie sur le bouton qui déclenche un essai nucléaire français, le 27 décembre 1960. -/AFP

The #MeToo movement has been in the global spotlight in the past few months.

It has empowered women to speak out about sexual harassment and abuse.

But the election of Donald Trump as the US president has also played into that movement and had a clear effect on women in politics in general.

Al Jazeera's Patty Culhane reports.

Hitler, Staline, Mao : la mémoire en question

Pendant ce temps...

 

 

The Dictator (2012) - Nuclear Nadal - [Full Scene] Pour la Corée du Nord, "la guerre est inévitable" face aux menaces américaines LATRIBUNE.FR 

VIDÉO - Comment ces figures sont encore dans l'imaginaire collectif en Allemagne, en Russie et en Chine. Comment le pouvoir se construit avec ou en opposition à ces hommes.

Trois dictateurs qui ont ensanglanté le 20e siècle, et que les historiens jugent responsables, chacun, de millions de morts. Mais ce n'est pas tout: en Allemagne, en Chine, et en Russie, ils ont laissé des sociétés traumatisées, certains ont participé à l'horreur, d'autres en ont été victimes, et aujourd'hui, leur ombre plane encore dans la vie quotidienne, et dans le discours politique.

Sur place, les correspondants du Figaro à Berlin (Nicolas Barotte), à Moscou (Pierre Avril) et à Pékin (Cyrille Pluyette) nous racontent ce passé qui se mêle au présent.

Elève doué ! Niveau ancien BEPC me semble -t-il . :-D

L’image contient peut-être : texte
 
 

 

Mix – The Dictator part 1

Webdocumentaire. Fini de rire | Courrier international

21 décembre 2017 IDIOCRACY

Commentaires sur Trump ou la diplomatie pyromane |

Nouveau commentaire