n

A la recherche d’un nouvel ordre mondial

Dans un essai géopolitique, Thierry de Montbrial, président de l’Institut français des relations internationales (IFRI), ausculte les enjeux de gouvernance d’un monde de plus en plus mouvant Par 

 
« Vivre le temps des troubles », de Thierry de Montbrial, Albin Michel, 170 p., 15 euros

 

Déchiffrer un monde en train de basculer et analyser les nouveaux défis qui se posent à une gouvernance mondiale encore balbutiante : tel est l’objectif pour le moins ambitieux de Thierry de Montbrial dans un essai ramassé et alerte qui veut penser à nouveau la longue durée. Il revendique « sa conception du présent comme l’intersection d’un futur déjà là et d’un passé encore là » en réaction à un air du temps obsédé par l’instantanéité et qui, trop souvent, tend « à surestimer les changements à court terme et sous-estimer ceux à long terme ».

 

 

Comprendre le monde #15 - Invité Bertrand Badie - "Quel ordre mondial?"

Polytechnicien et ingénieur des Mines, docteur en économie formé à Berkeley, le fondateur et aujourd’hui président de l’Institut français des relations internationales (IFRI) a, parmi les grands spécialistes des relations internationales, un parcours original qui le sensibilise aux effets des grandes innovations technologiques.

 

Qu’il s’agisse des enjeux liés au dérèglement climatique dans un univers entré dans « l’anthropocène », selon l’expression du chimiste néerlandais et Prix Nobel Paul Crutzen – pour définir une nouvelle ère géologique dominée par l’action de l’homme –, ou qu’il s’agisse des potentialités démiurgiques ouvertes par l’intelligence artificielle, il est à même d’en comprendre les enjeux et surtout de les expliquer clairement sans irénisme ni catastrophisme.

« L’utopie de la mondialisation libérale »

Les « temps des troubles », expression évoquant les empires finissants, sont toujours difficilement déchiffrables. Le vieux monde est en train de mourir mais le nouveau n’est pas encore né. D’où la tentation du repli vers l’identitaire. « L’utopie de la mondialisation libérale qui a succédé au rêve du socialisme intégral a encore plus rapidement fait long feu », note Thierry de Montbrial. Citant Paul Valéry, il n’est guère tendre pour les effets d’une Histoire mythifiée qui « enivre les peuples, leur engendre de faux souvenirs

The duo's slapstick image masks the fear of "darkies", as some xenophobes call Central Asians and other Muslims, said Sandjar Yanyshev, a Moscow-based, Uzbekistan-born essayist and poet. Their skin is dark, their culture is a riddle, their presence in Russia fills some locals with fear, and the fastest way to overcome this fear is to make fun of it, he said.

"What's funny is not dangerous," Yanyshev told Al Jazeera.

Millions of Central Asians - mostly from Uzbekistan, Tajikistan and Kyrgyzstan - work in Russia, usually in low-paid, menial jobs. They face widespread xenophobia: Some 27 percent of Russians feel "irritation, dislike or fear" towards Central Asians, and almost one in five Russians thinks that their presence in Russia has to be "limited", according to a survey by the Levada polling agency conducted in July.

Espion russe empoisonné : plusieurs pays annoncent une rafale de sanctions contre la Russie

Diplomatie.

 Ce lundi, plusieurs pays de l'OTAN dont les États-Unis et quatorze membres de l'Union européenne ont décidé d'expulser des diplomates russes de leur pays. Cette décision fait suite à l'empoisonnement au Royaume-Uni d'un ex-espion russe attribué à Moscou.

» Affaire Skripal : une dizaine de pays expulsent des diplomates russes

Plusieurs pays viennent d'annoncer, presque simultanément, avoir pris des mesures contre la Russie en réplique à l'empoisonnement d'un ex-espion russe en Grande-Bretagne. Voici un résumé de ces annonces :

- La France expulse quatre diplomates russes.

- L'Allemagne a expulsé quatre diplomates russes.

- Les Etats-Unis ont annoncé qu'ils expulsaient 60 «espions»russes et qu'ils vont fermer le consulat russe de Seattle.

- Ces autres pays ont annoncé l'expulsion de diplomates russes : l'Ukraine, le Danemark, la République tchèque, la Pologne, la Lituanie, l'Italie, le Canada.

L'Allemagne a expulsé quatre diplomates russes en lien avec l'affaire Skripal, l'ex-agent double russe empoisonné en Grande-Bretagne, rapporte aujourd'hui le journal Süddeutsche Zeitung.

L'Islande annonce un boycott diplomatique du Mondial 2018 en Russie

L'Islande a annoncé lundi un boycott diplomatique de la Coupe du monde de football, organisée du 14 juin au 15 juillet prochain en Russie, en soutien au Royaume-Uni qui n'enverra pas d'officiels en Russie en pleine affaire Skripal. «Parmi les mesures prises par l'Islande, il y a le report de tout dialogue bilatéral de haut-niveau avec les autorités russes. Par conséquent, les responsables islandais n'assisteront pas à la Coupe du monde de la FIFA en Russie cet été», indique le ministère des Affaires étrangères via un communiqué dans lequel le gouvernement islandais exhorte les autorités russes à donner des «réponses claires» au Royaume-Uni. L'ambassadeur russe en Islande a été informé de cette décision plus tôt dans la journée. Les Islandais disputeront le Mondial dans le groupe D avec l'Argentine, la Croatie et le Nigeria. 

» LIRE AUSSI - Affaire Skripal : l'UE durcit le ton et rappelle son ambassadeur basé en Russie

Moscou rejette toute responsabilité dans l'attaque dont ont été victimes le 4 mars à Salisbury, dans le sud de l'Angleterre, Sergueï Skripal et sa fille. Les autorités britanniques ont expulsé 23 Russes en riposte et Moscou a, au titre de mesures de réciprocité, a expulsé le même nombre de Britanniques.

Dans le cadre de ces cyberattaques, les hackers qui visaient les banques avaient entre autres réussi à donner pour instruction à des distributeurs automatiques bancaires d'éjecter des billets à des heures précises.

 

Cyberattaques: un suspect arrêté en Espagne

Europol a annoncé aujourd'hui que la police espagnole avait arrêté une personne soupçonnée d'être le cerveau de cyberattaques qui ont visé des banques et causé un préjudice total évalué aux alentours d'un milliard d'euros. Le suspect des attaques baptisées "Carbanak" et "Cobalt" a été appréhendé à Alicante, dans le sud de l'Espagne, à la suite d'une coopération entre la police espagnole et les polices de plusieurs autres pays.

» LIRE AUSSI - L'État lance une plateforme pour aider les victimes de cyberattaques

 

Pologne: un haut-responsable soupçonné d'espionnage interpellé

Le contre-espionnage polonais (ABW) a annoncé aujourd'hui l'interpellation d'un fonctionnaire ministériel qu'il accuse d'avoir fourni à la partie russe des informations sur la position de Varsovie au sujet du gazoduc Nord Stream 2, qui doit relier la Russie à l'Allemagne en contournant la Pologne.

» LIRE AUSSI - Nord Stream 2, la nouvelle guerre froide du gaz

"Selon les informations d'ABW, Marek W. (la loi polonaise interdit dans ce cas de figure de donner le nom complet, ndlr) entretenait des contacts avec les officiers des services secrets de la Fédération de Russie et leur transmettait des informations concernant des investissements importants du point de vue des intérêts de la République de Pologne", notamment à propos de Nord Stream 2, a déclaré Stanislaw Zaryn, le porte-parole d'ABW, à l'agence polonaise de presse PAP.

Selon les médias polonais, le fonctionnaire en question travaillait au ministère de l'Energie. M. Zaryn a déclaré qu'il s'occupait de projets stratégiques pour les infrastructures énergétiques polonaises et des demandes de fonds européens pour la diversification de l'approvisionnement en gaz (actuellement encore assuré en bonne partie par le groupe russe Gazprom).

» LIRE AUSSI - L'Europe navigue entre les intérêts gaziers russes et américains

Marek M., interpellé le 23 mars, a été mis en détention provisoire pour trois mois. Il risque jusqu'à dix ans de prison. La Pologne est fermement opposée au projet Nord Stream 2, ce gazoduc devant éviter, via la mer Baltique, les territoires de l'Ukraine et de la Pologne, par lesquels transite actuellement le gaz russe. Selon Varsovie, ce projet est politique et destiné à augmenter les moyens de pression de Moscou sur l'Europe de l'Est.

Ryad menace l'Iran après des tirs de missiles de rebelles yéménites

Les rebelles houthistes du Yémen tirent une salve de missiles sur Riyad 11

 

Sept projectiles ont été tirés dans la nuit de dimanche à lundi, peu avant un vaste rassemblement de soutien à l’effort de guerre dans la capitale yéménite. Cette salve d’une ampleur inédite est déclenchée trois ans jour pour jour après le début de l’intervention militaire saoudienne dans le pays

L'Arabie saoudite a mis en cause aujourd'hui l'Iran après le tir de missiles balistiques par les rebelles yéménites sur le territoire saoudien, menaçant Téhéran d'une riposte.

"Nous nous réservons le droit de riposter contre l'Iran en temps et lieu", a prévenu Turki al-Malki, le porte-parole saoudien de la coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite qui intervient au Yémen contre les rebelles yéménites Houthis soutenus par Téhéran.

 L’Iran est également accusé d’avoir aidé les rebelles à fabriquer des armes plus discrètes, mais efficaces, contre les forces yéménites, sur lesquelles s’appuie la coalition au sol. Dans un rapport rendu public lundi, l’organisation indépendante Conflict Armament Research, notamment financée par les Emirats arabes unis (membres de la coalition saoudienne) et par l’Union européenne, analyse ainsi un type d’engin explosif improvisé découvert dans la région de Mokha, dans le sud-ouest du Yémen, après sa reprise par la coalition. Camouflé en pierre et destiné à exploser en bord de route, au passage d’un véhicule milaitaire, cet engin se rapproche d’armes utilisées par le passé par le Hezbollah dans le sud du Liban, ainsi que par des groupes armés chiites, alliés de l’Iran, luttant contre la présence américaine en Irak dans les années 2000.

Bahreïn, un petit royaume dans l’étau chiite-sunnite LE MONDE | 26.03.2018 | Par 

 


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/proche-orient/visuel/2018/03/26/bahrein-un-petit-royaume-dans-l-etau-chiite-sunnite_5276707_3218.html#BGi5tmTlXJsSUKm1.99

 

 

Voir aussi