31 décembre 2017

What triggered Iran's protests?

n

 



 

Theism, Nationalism, Capitalism ... Religions are heading good.

... neither against one against the other of the religions in particular, but against all the religions which have regimented the consciences / alive in the ideas / relations totalitarian, warrior and which let continue, for the cause submission / domination and exploitation of humans by others.

Théisme, Nationalisme, Capitalisme… Les religions vont bien.

...ni contre l'une ni contre l'autre des religions en particulier, mais contre toutes les religions qui de fait enrégimentent les consciences/vivants dans des idées/relations totalitaires, guerrières et qui laissent perdurer, pour la cause, la soumission/domination et l'exploitation des humains par d'autres.

 

Persepolis (Bande-annonce) - YouTube

n

 Manifestation étudiante dispersée par la police anti-émeute iranienne, à l’université de Téhéran, le 30 décembre 2017.
Une vingtaine de personnes ont été tuées en cinq jours de manifestations. Ali Khamenei a déclaré, mardi, qu’il s’adressera à la nation iranienne « en temps voulu ».

 Carte Le Monde

Alors que la vague de manifestations qui agitent l’Iran ne faiblit pas, et connaît ses premières victimes, le guide suprême iranien, Ali Khamenei a accusé, mardi 2 janvier, « les ennemis » de l’Iran de fomenter des troubles dans le pays.


Les opérations militaires extérieures iraniennes critiquées pour leur coût

« Mort au Hezbollah ! » Ce slogan, scandé dans de nombreuses manifestations en Iran depuis le 29 décembre 2017, a résonné dans toute la région. Les protestataires, préoccupés par leur situation économique, osaient critiquer ouvertement le soutien qu’apporte Téhéran à son allié libanais. Ils exprimaient plus généralement un malaise face au coût des opérations militaires iraniennes à l’étranger, principalement en Syrie, où l’Iran défend le régime Assad avec l’aide du Hezbollah depuis 2013, et en Irak, où il assiste les forces irakiennes depuis 2014 contre l’organisation Etat islamique (EI). Des manifestants ont arraché et piétiné le portrait du général Ghassem Soleimani, qui dirige les opérations iraniennes dans ces deux pays, et dont les victoires et une propagande massive avaient pourtant fait l’une des personnalités les plus populaires d’Iran depuis plus de deux ans.

 

 

 What is happening in Iran? Descriptions: Trump, Putin, Netanyahu and Rouhani

 

 

What triggered Iran's protests?

Anti-government demonstrations take place in cities across Iran, the biggest in nearly a decade.

30 Dec 2017 20:52 GMT IranMiddle East


"Death or Freedom". / " la mort ou la liberté

It's a chant that was heard around Iran this week. / C'est chants que l'ont entend en Iran cette semaine

Protesters are angry at the high cost of basic goods. The price of eggs, for example, has gone up 40 percent in just six months. / les protestataires sont en colère . Le prix des oeufs, par exemple, a augmenté de 40 pourcent en just six mois.

Some Iranians say it is time for the government to focus on domestic issues, and to forget about Syria and Palestine. / Les Iraniens déclarent

These protesters hoped the Iran nuclear deal in 2015, which led to the lifting of many international sanctions, would ease their financial struggles. But life for many has not improved. / Ces manifestants espéraient que l'accord nucléaire iranien de 2015, qui a abouti à la levée de nombreuses sanctions internationales, faciliterait leurs luttes financières. Mais la vie pour beaucoup ne s'est pas améliorée. La promesse de relancer l’économie affaiblie par les sanctions a été au cœur des campagnes présidentielles de M. Rohani, un religieux modéré réélu en mai dernier pour un deuxième mandat. Le président a obtenu la levée de certaines sanctions économiques après l’accord internationalsur le nucléaire iranien de 2015 et il a réussi à maîtriser l’inflation à environ 10 %. Mais le taux de chômage demeure élevé (12 %), selon des chiffres officiels.

Government critics say the economic benefits have not been passed on because of mismanagement and alleged corruption. / Les critiques du gouvernement disent que les avantages économiques n'ont pas été transmis en raison de la mauvaise gestion et de la corruption présumée.

This time, the authorities are facing growing public discontent with the economic policies of President Hassan Rohani's government, corruption or, again, Iran's costly intervention in the conflicts in Syria or Iraq. The unemployment rate reaches 12.4% of the active population and inflation is around 8%, while shortages of certain food products increase the feeling of precariousness / Cette fois, les autorités sont confrontées au mécontentement croissant de la population envers la politique économique du gouvernement du président Hassan Rohani, la corruption ou, fait nouveau, l'intervention coûteuse de l'Iran dans les conflits en Syrie ou en Irak. Le taux de chômage atteint 12,4% de la population active et l'inflation avoisine les 8%, alors que les pénuries de certains produits alimentaires accroissent le sentiment de précarité.

And that this month's budget will cut vital social welfare programmes while giving more money to religious and revolutionary institutions. / Et que le budget de ce mois-ci réduira les programmes essentiels de bien-être social tout en donnant plus d'argent aux institutions religieuses et révolutionnaires.

C’est la première fois qu’autant de villes sont touchées depuis l’élection présidentielle de 2009 et le mouvement contre la réélection de Mahmoud Ahmadinejad. Le pouvoir a d’ailleurs mobilisé samedi des dizaines de milliers de personnes dans le pays pour marquer l’anniversaire du grand rassemblement pro-régime qui avait sonné en 2009 la fin de ce mouvement.

So how will the government deal with the people's anger? / Alors, comment le gouvernement va-t-il gérer la colère des gens?

Ce qu’il faut retenir des manifestations en Iran

 

 

 

Protesters shot dead - Contestation en Iran : deux manifestants tues, accès aux réseaux sociaux limités 

Media player: "Space" to play, "M" to mute, "left" and "right" to seek. VIDEO: Deaths reported during anti-government protest in Iran (ABC News)

 Le pouvoir iranien tente de calmer les manifestants qui ont provoqué les plus importants mouvements de protestation qu'a connu l'Iran depuis 2009. Ce dimanche soir, le président iranien Hassan Rohani doit s'exprimer. D'ici là, l'accès aux réseaux sociaux a été limité pour empêcher de nouveaux rassemblements.

 

Protests over economic situation in Iran | Inside Story - YouTube


Le régime tente de réprimer le mouvement
Deux personnes sont mortes dans la nuit de samedi à dimanche dans la ville de Doroud, selon un responsable local, alors que des manifestations agitent l’Iran depuis jeudi.

 

n In Iran, as deadly anti-government protests enter a sixth day, at least 9 more people were killed Monday night in clashes between protesters and security forces bringing the total number of people killed in the unrest to more than 20. There's growing anger over the rising cost of living and inflation, while Iran’s Supreme Leader accuses foreign foes of meddling with the county’s politics. 

 

Combats de la guerre Iran Irak

 

 

ARTE Reportage - Irak / Iran


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/12/31/ce-qu-il-faut-retenir-des-manifestations-en-iran_5236261_3218.html#JmIEYGfUAOOb3Ruw.99

 

Presenter: Hashem Ahelbarra

Guests:

Ali Fathollah-Nejad - visiting fellow at the Brookings Doha Center

Ghanbar Naderi - political Analyst and journalist for Kayhan International

Afshin Shahi - senior lecturer in Middle East Politics at the University of Bradford

Source: Al Jazeera News

Accueil proche et moyen orient - What triggered Iran's protests?  - cnikos

02/01/2018 « En Iran, une révolution menace le régime » - Citoyenactif

Iran : Cri d'un peuple indigné : citoyen actif , Persepolis - Indigné révolté


Commentaires sur What triggered Iran's protests?

Nouveau commentaire