08 décembre 2017

Trump : fini de rire ?

 
The Dead Zone (1983 Comment ne pas voir en Greg Stillonun TrUMP ? Greg Stillson, candidat à la Maison-Blanche, est un fou criminel, grand admirateur de Hitler et d'autres maniaques de l'extermination. Quand il sera élu, ce sera l'Apocalypse. Un seul homme le sait : John Smith, car il est doué d'un étrange pouvoir qui lui attire pas mal d'ennuis, il devine l'avenir. Il n'y a rien de réjouissant à cela. Il peut prévoir les accidents, les catastrophes, les hécatombes. On ne le croit pas, ou alors on le croit trop.
John Smith n'a encore rien dit de ses prémonitions. Pourtant, le candidat à la présidence des États-Unis est un dément. Que fera John Smith pour son pays ? Lire aussi :   Comment Donald Trump pourrait gagner
 
 

 [HS] Trump = Idiocracy ? , IDIOCRACY - film complet en francais

 d'Ormesson, Hallyday...
Sale temps pour la propagande de droite!!
bientôt Sardou et Mireille Mathieu!!

Le témoignage de Philippe Yanez à Marnes-la-Coquette, Jojo - Par Enkolo dans Accueil le 

La patronne du restaurant dont Johnny Hallyday était un habitué 

u as où cela vous intéresse :

- Trump va reconnaitre Jérusalem comme capitale d'Israël, ce qui aura des conséquences folles sur le Proche Orient.

- Macron est en Algérie pour négocier du gaz pas cher, le parquage de migrants et des ventes d'armes

D'un ouragan à l'autre : les Haïtiens chassés d'Amérique. Depuis 2010, ils bénéficiaient d'un statut protecteur aux Etats-Unis, mais sa remise en cause par Trump a provoqué une ruée vers le Canada. Récit de l'exclusion brutale de 50 000 personnes ayant fui leur pays en raison de catastrophes parfois climatiques, par un pays largement responsable du réchauffement.

- l'OMS alerte sur la résistance de plus en plus fortes aux antimicrobiens des bactéries et virus

Alors que les Etats-Unis viennent de vivre la pire tuerie de masse de leur histoire, le président américain, raillé et critiqué depuis des mois, est-il encore crédible ? Jamais un dirigeant américain n’aura été autant moqué et tourné en dérision. Caricatures, sketches, éditoriaux caustiques… En moins d’un an à la tête du pays, Donald Trump est devenu la risée des Etats-Unis. Les grandes émissions populaires de télévision, les fameux late night shows, enregistrent des records d’audience chaque fois qu’elles caricaturent le chef de l’Etat. Se moquer du président, ça fait vendre ! A Los Angeles, sur le célèbre Walk of Fame de Hollywood Boulevard, l’étoile de Donald Trump gravée dans le trottoir est l’objet de crachats quotidiens, et a été vandalisée une vingtaine de fois.

 De Johnny Hallyday, mort le 6 décembre, il restera une foule de chansons bien connues du public francophone, au nombre desquelles le célèbre Allumer le feu. En fait d’embrasement, le dessinateur suisse Herrmann observe que le président américain Donald Trump s’est chargé, le jour même, de souffler sur les braises du Moyen-Orient, en reconnaissant Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël.

 L’escalade verbale entre le président américain et le dictateur nord-coréen Kim Jong-un ne risque-t-elle pas de mener au désastre ? Après avoir fait rire l’Amérique, Donald Trump va-t-il faire pleurer la planète ? Un reportage du magazine "Envoyé spécial".

 

Donald Trump : fini de rire ? - vidéo Dailymotion

ECLAIRAGE 

Signatures de décrets d’une écriture enfantine, « Covfefe »« Tiny Trump »… La première année de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, vue du web, ce sont des milliers et des milliers de mèmes, ces détournements à but humoristique dont les internautes raffolent. En seulement un an de mandat, l’ancien magnat surclasse son prédecesseur Barack Obama sur le podium des présidents les plus moqués et caricaturés.

Du fait de sa personnalité outrancière et de son exercice particulier du rôle présidentiel, Donald Trump est en effet une cible facile. Et parce que les détournements sont nombreux, il est possible, mois après mois, de suivre l’évolution du regard que portent sur lui les internautes. Explications en images.LE MONDE

 


Dans sa chronique, Alain Frachon, éditorialiste au « Monde » observe que ce président qui donne aux riches, cultive et exploite dans le même temps le désarroi des laissés-pour-compte face à l’immigration, à l’islamisme, à l’étranger.
On s’est habitués. On n’y prête plus attention. On clique, on tourne la page, on change de chaîne. On a banalisé Donald Trump. On oublie que cette personne qui trouve le temps de fouiller les sites de l’extrême droite raciste, qui scanne à plaisir les publications numériques des théoriciens du complot et autres suprémacistes blancs, est le président des Etats-Unis. Il est à la tête de la plus puissantes des démocraties de la planète.

 Envoyé spécial. Donald Trump fini de rire ? 5 octobre 2017 (France 2)

De Orbán à Trump, on assiste à une instrumentalisation croissante du phénomène religieux comme véritable marqueur ethnique et identitaire. Une monstruosité politique qui est donc loin d’être purement américaine.

Trump and the Ethics of Foreign Aid

What are the consequences of President Trump's decision to slash US aid to international NGOs that promote abortion?

06 Dec 2017 21:04 GMT AbortionMozambiqueDonald TrumpAidAfrica

L'un des premiers actes du président américain Donald Trump fut de signer une ordonnance liant l'aide étrangère américaine à la question de l'avortement.

En vertu de la nouvelle politique «Protection de la vie dans l'assistance sanitaire mondiale», toute organisation d'aide étrangère qui veut des fonds américains ne peut pas «réaliser ou promouvoir activement l'avortement comme méthode de planification familiale dans les pays étrangers».

Pour les partisans de Trump, c'était une victoire majeure d'un président pro-vie. Pour les opposants, c'était une «règle du bâillon mondial»: le rétablissement d'une politique d'aide et d'avortement qui faisait partie du paysage politique américain depuis des décennies, introduit par les présidents républicains successifs, annulés par les administrations démocrates.

 

'Women and girls will die': Trump's foreign aid rule on abortion

 

Les critiques ont prétendu que la version de Trump allait beaucoup plus loin que les édits précédents qui étendaient la règle de l'avortement et de l'aide à un large éventail d'initiatives internationales sur le VIH, la tuberculose et même des conseils sur l'eau potable.

L'administration américaine a également fait face à des allégations selon lesquelles loin de «protéger la vie», la politique de Trump pourrait entraîner une augmentation mondiale des décès maternels et des avortements à risque.

Sarah Spiller et Callum Macrae se sont rendus au Mozambique, en Afrique australe, pour étudier les impacts de la nouvelle politique Trump et les questions qu'elle soulève.Source: Al Jazeera

 US President Donald Trump has said America must "fix" its immigration system following a bomb attack in New York City, which has left at least four people injured.The US Supreme Court granted permission for President Trump's administration to fully enforce the third version of a controversial travel ban prohibiting people from six Muslim-majority countries from entering the country on December 4.

Donald Trump a inauguré samedi le nouveau Musée des droits civiques de Jackson, dans le Mississippi, en l'absence de représentants de la communauté noire, qui ont boycotté l'événement pour protester contre ses positions sur les questions raciales.

» Les espoirs déçus de la communauté noire, après huit ans de présidence Obama

«Nous voulons que notre pays soit un lieu où tous les enfants de toutes les origines puissent grandir sans craintes, sans haine, dans l'amour, les perspectives d'avenir et l'espoir», a déclaré le président des Etats-Unis, dans un bref discours.

John Lewis, député démocrate de Georgie qui a côtoyé Martin Luther King Jr. dans les années 60, et son collègue Bennie Thompson du Mississippi avaient annoncé jeudi qu'ils n'assisteraient pas à la cérémonie.

«La présence du président Trump et ses politiques offensantes sont une insulte pour ceux qui sont célébrés dans ce musée des droits civiques», disent-ils dans un communiqué.

» Racisme: les États-Unis dans le viseur de l'ONU

L'association nationale pour la promotion des gens de couleur s'est également indignée de la présence du président.


Le grand flou du programme économique de Donald Trump 1Selon Le Monde 

Lire aussi :   Sur le plan économique, « la stratégie de Donald Trump sera centrée sur l’Amérique »Le gouvernement Trump

L'impact sur la politique étrangère américaine

Il est clair que la personnalité, le discours et les actes auront un impact important. Premièrement dans la relation avec le régime autoritaire Russe de Poutine vis a vis de la Syrie, de la politique au proche orient, de la politique contre le terrorisme et Daesch en particulier, alors que les braise du conflit alimentant l'organisation terrorisme ne sont pas éteint et la question des bouleverselement climatique et il y a urgence.

Néophyte en politique internationale, le nouveau président de la première puissance mondiale pourrait favoriser une forme d'isolationnisme qui sème déjà l'inquiétude parmi ses alliés.

Un vent de panique s'est mis à souffler à l'Est, où les pays de l'ancien glacis soviétique, qui ont toujours compté sur la protection américaine, craignent d'être livrés aux pattes griffues de l'ours russe. Les petits pays Baltes surtout s'inquiètent: ils n'ont pas oublié que Donald Trump avait affirmé que les États-Unis ne se porteraient pas forcément à leur secours si Vladimir Poutine lançait une nouvelle aventure militaire à leurs frontières. Le malaise est aussi perceptible en Europe occidentale, qui depuis la Seconde Guerre mondiale fait reposer sa défense et sa sécurité sur la puissance militaire américaine.

Au Proche-Orient, Donald Trump attendu sur le dossier syrien

Selon le Monde Le républicain semble être plutôt favorable au régime de Bachar Al-Assad, tout en rejetant l’accord nucléaire iranien. Le Proche-Orient s’est réveillé mercredi 9 novembre sous le choc de la victoire de Donald Trump. Alors qu’Hillary Clinton, forte de ses quatre années à la tête du département d’Etat, garantissait une forme de continuité diplomatique, l’inexpérience en politique étrangère du nouveau président et son penchant pour l’autoritarisme sont lourds d’incertitudes pour la région. « Les Etats-Unis ne peuvent plus se poser en champion de la morale », a tranché sur Facebook Sultan Sooud Al-Qassemi, un célèbre commentateur des Emirats arabes unis : Crainte et attentisme dans le Golfe, Première réaction prudente en Iran et Sentiments mêlés en Israël

«Guerre commerciale»

M. Poutine a "exprimé l'espoir que (soit mené) un travail mutuel pour sortir les relations entre la Russie et les Etats-Unis de leur situation critique" et "a dit être certain qu'un dialogue constructif sera établi entre Moscou et Washington", a annoncé le Kremlin dans un communiqué.

 

L'arrivée de Donald Trump, qui envisage en Syrie une alliance militaire avec la Russie de Vladimir Poutine alliée de Bachar el-Assad, pourrait rajouter du chaos dans un Levant déjà en proie à l'anarchie. L'horizon n'est guère plus dégagé en Asie, où le candidat républicain a promis une «guerre commerciale» avec la Chine. Sa victoire pourrait relancer la prolifération nucléaire sur le continent, puisque Donald Trump, qui apprécie le dictateur nord-coréen Kim Jong-un, remet en cause les alliances militaires traditionnelles de l'Amérique dans la région. Les deux grands partenaires de Washington, le Japon et la Corée du Sud, pourraient ainsi être tentés de trouver un nouveau refuge derrière la bombe nucléaire. Enfin, le nouveau président américain veut remettre en cause l'accord sur le nucléaire iranien, obtenu par les grandes puissances après des années d'ardues négociations. 

 

As Americans voted to elect their new president, Al Jazeera asked people from across the

La marque Trump ,  Trump sur pied de guerre - Indigné révolté, Trump : Docteur Folamour? 


Commentaires sur Trump : fini de rire ?

Nouveau commentaire